C’est parti pour le blog…

Ou plutôt, c’est reparti. J’ai déjà donné dans l’exercice plus d’une fois. Mais ce coup-ci, ça sera au gré des envies. Sans pression.

J’y parlerai un peu de l’artisanat littéraire. Modérément – et pas avec des conseils. Pour ma part, je pense que les supposées “astuces d’écriture” sont surtout très stressantes pour les débutants. Ils en viennent à se surveiller au moment du premier jet, alors que c’est précisément à cette étape qu’il faut pouvoir ouvrir les vannes et laisser couler le flot.

Chaque personne est différente, chacune de ses œuvres l’est aussi. C’est pourquoi j’ai toujours préféré analyser un texte existant (oui, ça m’arrive encore assez souvent, via Plume d’Argent en particulier). Là, on voit clairement sur quels atouts l’auteur va pouvoir s’appuyer… et quels aspects il devrait sans doute retravailler.

Parce qu’à vrai dire, les bases d’un roman réussi, on en fait vite le tour… même si certaines compétences sont très longues à acquérir – et c’est bien toute la difficulté :

  • Maîtriser la langue française
  • Tenir une bonne histoire
  • Savoir utiliser et doser tous ses outils
  • Conduire et contrôler ses points de vue
  • Construire des personnages vivants, dont le destin préoccupera le lecteur
  • Apporter un regard original, que le style soit simple ou élaboré
  • Soigner le dénouement

Nota : si quelqu’un trouve un autre point fondamental, qu’il ne se gêne pas pour l’ajouter en commentaire, j’ai pu oublier quelque chose. D’autre part, il est clair comme de l’eau de roche que le potentiel de certains auteurs éclate à la lecture de leurs textes, alors que toutes ces bases ne sont pas encore établies. Un bon travail éditorial peut faire le job, dans ce cas.

Je prépare aussi un billet sur les limites et les pièges d’Antidote. C’est un outil merveilleux, rien à dire, je ne m’en passerais pour rien au monde… mais à l’abord de certains textes (je suis une lectrice insatiable), il est facile de voir la manière on peut se prendre les pieds dans le tapis, pour avoir suivi méticuleusement les conseils stylistiques dudit logiciel. Il faut commencer par se rappeler que celui-ci n’est pas dédié à la littérature, mais couvre tous les registres rédactionnels. Communication, discours, mails professionnels, etc. Ça change la donne.

Et puis surtout, surtout… j’ai envie de chroniquer des romans. Fantasy, Science-fiction en priorité… et en particulier : les perles repérées en auto-édition. Mais je les pisterai par mes propres moyens, hors service presse. Elles restent rares et ne sont pratiquement jamais saluées, dans le bazar de la surproduction actuelle. Je m’engage à faire la différence, sur ce point. Qualité du texte, du style (qu’il soit simple ou créatif), fini éditorial… il y a vraiment des gens qui travaillent avec beaucoup d’exigence envers eux-mêmes. Les résultats sont là et ils méritent d’être mis en lumière.

À bientôt, pour le début de l’aventure… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze + seize =